Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h 04 67 10 79 69 Heures d'affluence

Trouvez le meilleur moment pour nous contacter

09h 10h 11h 12h 13h 14h 15h 16h 17h 18h
lundi
Très forte
Très forte
Très forte
Fermé
Forte
Très forte
Très forte
Forte
Fermé
mardi
Très forte
Très forte
Très forte
Fermé
Forte
Très forte
Très forte
Forte
Fermé
mercredi
Très forte
Très forte
Très forte
Fermé
Forte
Très forte
Très forte
Forte
Fermé
jeudi
Très forte
Très forte
Très forte
Fermé
Forte
Très forte
Très forte
Forte
Fermé
vendredi
Très forte
Très forte
Très forte
Fermé
Forte
Très forte
Très forte
Forte
Fermé

Crise énergétique : quels impacts sur les laboratoires de prothèse dentaire ?

    2022 a été une année rude pour la plupart des laboratoires de prothèse dentaire. Les crises géopolitiques bouleversent les modèles économiques en France et engendre une inflation qui dépasse les records (presque 10% en septembre). Cette conjoncture économique génère beaucoup d’inquiétude au sein des entreprises

    Nous nous interrogeons sur les impacts à moyen et long terme de cette crise dans les laboratoires de prothèses dentaires et les solutions pour y faire face.

     

    Rappelons que, pour fabriquer une prothèse, quand celle-ci n’est pas importée, le processus peut être long :

    • Consultation et prise d’empreinte
    • Moulage et ajustements esthétiques
    • Montage des dents et derniers ajustements après essayage.

    Crise énergétique : quels impacts sur les laboratoires de prothèse dentaire ?

    Ce processus nécessite beaucoup d’équipements tels que des fours, des scanners, des usineuses, des imprimantes 3D et bien sûr des ordinateurs pour la CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur).  

    Les laboratoires n’échapperont pas en 2023 à la hausse des coûts énergétiques, notamment les coûts d’électricité.


    D’après une étude menée auprès de gérant de laboratoire, nous constatons qu’environ 30% des laboratoires en France détiennent au moins une dizaine d’appareils de ce type, qui représentent la majorité de sa consommation énergétique, sans compter le reste des appareils “hors métier”. Selon la taille du laboratoire, la facture d’électricité peut monter jusqu’à 4 000€ à l’année, ce qui est déjà une somme importante parmi les charges.

    La crise géopolitique engendrant une hausse des coûts d’électricité, ce montant pourrait encore augmenter en début d’année d’au moins 40%.

    Le gouvernement a prévu un bouclier énergétique visant à limiter cette hausse à 15%. Certains laboratoires seront éligibles sous certaines conditions (Les TPE de moins de 10 salariés avec deux millions d’euros de chiffre d’affaires et ayant un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVA sont éligibles à ce bouclier, soit la plupart des laboratoires français)

    Mais attention, ce bouclier énergétique ne s’applique pas automatiquement, il est nécessaire d’en faire la demande dès maintenant auprès du fournisseur d’électricité (https://www.economie.gouv.fr/hausse-prix-energie-dispositifs-aide-entreprises#).

     

    Hormis le bouclier énergétique prévu par le gouvernement, les laboratoires envisagent d’autres alternatives pour continuer à vivre de leur activité :

    • Baisser le chauffage de 2°C
    • Installer des panneaux solaires
    • Programmer et décaler le fonctionnement des appareils électriques
    • Envisager une externalisation des livraisons selon le coût du carburant et de la main d’œuvre
    • Rechercher de nouveaux fournisseurs pour limiter les coûts, sans pour autant en venir à l’importation
    • Augmenter les prix de ventes pour compenser la hausse des charges
    • Regrouper au maximum les travaux pour diminuer les coûts de production
    • Anticiper le problème de délestage hivernal qui risque de bloquer les capacités de production, notamment avec un groupe électrogène de secours, une modulation des horaires de travail et du personnel en fonction des infos de l’application Ecowatt (https://www.monecowatt.fr/application-mobile-ecowatt/).

     

    Crise énergétique : quels impacts sur les laboratoires de prothèse dentaire ?

    Diverses solutions sont envisagées, mais sont-elles suffisantes pour des laboratoires d’ores et déjà en difficulté ?

    A noter que le métier souffre d’une pénurie de main d’œuvre et qu’il est difficile de répondre aux conditions souvent imposées par les clients.

    Malheureusement, certains laboratoires ne résisteront pas longtemps à la crise et envisagent déjà de mettre la clé sous la porte.

    ➡️ Revoir la gestion économique de son laboratoire en repartant de zéro : la dernière option 

    Prothesis EFFICIENCE est un logiciel expert d’aide aux décisions de gestion, son utilisation permet une amélioration systématique des résultats du laboratoire

    Grâce aux indicateurs indispensables qu’il fournit, il confère d’importants avantages concurrentiels qui permettraient aux laboratoires de contrebalancer la hausse des coûts de l’énergie. Ces indicateurs, calculés automatiquement, aident à prendre toutes les décisions utiles en fonction des objectifs du laboratoire et du contexte économique. 

    Principales fonctions : 

    • Analyse produit : Information de la contribution de chaque produit aux résultats (statistiquement à l’implantation du logiciel dans les laboratoires, nous observons qu’au moins 35% des produits au catalogue présentent une contribution négative). 
    • Projection : Calcul mensuel des résultats nets avant impôts par produit ou famille de produits et par clients. Cette opération se réalise en moins de 3 minutes grâce à la liaison récupération des ventes de Prothesis.
    • Supervision : Analyse automatique de l’évolution des coûts et temps passés sur chaque produit en fonction de l’activité réelle du mois.
    • Simulations : à partir de scénarios envisagés (modification de processus de fabrication; changement tarifaire; développement de nouveaux produits; investissements; embauches)

     

    Pour garantir la prise de décision, Prothesis EFFIENCE recalcule ce qu’auraient été les résultats d’une période si ces évènements avaient eu lieu afin de mesurer leurs incidences sur les résultats. Le même principe est utilisable pour mesurer l’impact d’évènements subis comme le départ de clients à la retraite ou la perte de marchés.

    La finalité est de permettre au laboratoire de savoir en permanence où, quand et comment prendre des décisions qui s’imposent en fonction de sa situation. 


    Plus d’informations sur : https://www.prothesis.fr/service/prothesis-efficience/